ViVA! et “le monde d’après”

Après la “pause” (relative) du confinement, voici le nouveau numéro numérique d’InfoViVA!. Ces deux mois et demi, pendant lesquels nous avons continué à nous exprimer, n’ont certes pas connu la même intensité, le même bouillonnement que celui qui a marqué la campagne électorale du premier tour des élections municipales.

Tout le monde – y compris certains concurrents qui ont même repris quelques-unes de nos idées, ce qui ne peut que nous réjouir – a pu constater que le dynamisme de notre campagne a quelque peu bouleversé les schémas habituels. Tonalité, couleurs, assemblées populaires, tirage au sort de candidats, militantisme joyeux, ont insufflé à la campagne ViVA! un élan qui a permis de commencer à rassembler dans une démarche citoyenne la vraie gauche et l’écologie sociale niçoises. L’originalité et la force de notre campagne tiennent également à son programme élaboré démocratiquement pendant plusieurs mois et qui s’appuie sur les trois piliers indispensables à la construction d’une alternative à la droite et à l’extrême droite : la démocratie, l’écologie et la solidarité.

Nous avons obtenu un résultat plus qu’encourageant mais qui, à quelques voix près, ne nous a pas permis d’accéder aux 10% nécessaires pour avoir des élus au conseil municipal.

À Nice, pour ce second tour, il n’y a pas d’alternative crédible face à l’extrême droite et à la droite. En effet, la liste “Nice Écologique” réduit l’écologie à l’environnement et ne prend pas en compte les exigences démocratiques et sociales.
Une véritable et ferme opposition proposerait-elle ses services à Estrosi, comme vient de le faire publiquement Governatori ?

Attaché à la pratique de la démocratie, le rassemblement citoyen ViVA! a organisé une consultation au sujet du second tour auprès des citoyennes et citoyens, soutiens de la liste.

Les résultats sont les suivants :

  • 58% pour que ViVA! se prononce indistinctement pour le vote blanc ou l’abstention,
  • 23% pour que ViVA! se prononce pour le vote blanc,
  • 13% pour que ViVA! ne s’exprime pas,
  • 5% pour que ViVA! se prononce pour l’abstention.

Suite à cette consultation, ViVA! se prononce donc indistinctement pour le vote blanc ou l’abstention.

Que faire maintenant ?

Notre ambition est d’ancrer, développer, améliorer ces acquis en tenant nos engagements auprès de celles et ceux qui se sont engagé·es avec nous dans cette campagne et à qui nous avons promis de continuer à leurs côtés.

Les problèmes qui se posent à nous dans cette situation exceptionnelle sont considérables. La manière dont nos gouvernants ont commencé à répondre aux exigences nouvelles est aberrante : ce sont de nouveau les solutions productivistes qui prennent le dessus, c’est le retour à la “situation d’avant” comme s’il ne s’était rien passé. Ils profitent de la situation sanitaire pour restreindre, et même quasiment supprimer le droit de manifester, pour rogner encore les droits sociaux : salaires, congés… Alors qu’il était possible de tenir compte des bienfaits du ralentissement de cette fuite en avant économique désastreuse pour faire enfin d’autres choix économiques.

Bien évidemment, ViVA! n’a pas vocation à présenter des solutions toutes faites ni à donner des consignes. Mais notre devoir est de réfléchir et de répondre aux questions qui portent sur l’avenir, y compris lorsqu’elles dépassent notre situation locale, comme c’est aujourd’hui le cas pour l’écologie, que nous voulons sociale et reliée aux exigences de démocratie et de solidarité. Pour nous, c’est la priorité des priorités compte tenu des dangers qui pèsent sur l’humanité et sur toute la planète.

Sur le plan local, notre devoir est d’agir car l’urgence est manifeste, qu’il s’agisse des transports pour améliorer la qualité de l’air ou d’une approche écologique de la politique de la ville qui ne soit pas un simple “verdissement”. Nous appelons toutes les citoyennes et tous les citoyens, soucieuses et soucieux de ces questions, à venir à nos côtés construire cette alternative afin de tourner le dos à la politique délétère des “premiers de cordée” et d’ouvrir la voie au monde de la solidarité dont les premiers signes ont commencé à apparaître pendant le confinement, et doivent aujourd’hui s’imposer largement.

Ces premiers signes sont aussi donnés par les luttes elles-mêmes : celle des personnels de santé pour leur revalorisation salariale et la défense de l’hôpital public, celle des femmes contre les violences et pour l’égalité des droits, celle des jeunes et des moins jeunes qui se mobilisent pour le climat, celle de la jeunesse contre les violences policières, le racisme et les discriminations, comme on l’a vu samedi 6 juin sur la Promenade des Anglais !

Encore et toujours, et plus que jamais ce que disait ViVA! durant la campagne électorale : démocratie, écologie, solidarité !